Potsdam und Sans-Souci PDF

Arc central de la façade du jardin. Réalisé par Georg Wenzeslaus von Knobelsdorff entre 1745 et 1747, Sanssouci répondait au besoin qu’avait Frédéric II d’une résidence privée où potsdam und Sans-Souci PDF détendre, loin des solennités de la cour berlinoise. Les palais impériaux des alentours de Berlin sont aujourd’hui visités par plus de deux millions de personnes tous les ans.


Författare: Georg Sello.
Potsdam und Sans-Souci – Forschungen und Quellen zur Geschichte von Burg, Stadt und Park ist ein unveränderter, hochwertiger Nachdruck der Originalausgabe aus dem Jahr 1888.
Hansebooks ist Herausgeber von Literatur zu unterschiedlichen Themengebieten wie Forschung und Wissenschaft, Reisen und Expeditionen, Kochen und Ernährung, Medizin und weiteren Genres. Der Schwerpunkt des Verlages liegt auf dem Erhalt historischer Literatur. Viele Werke historischer Schriftsteller und Wissenschaftler sind heute nur noch als Antiquitäten erhältlich. Hansebooks verlegt diese Bücher neu und trägt damit zum Erhalt selten gewordener Literatur und historischem Wissen auch für die Zukunft bei.

Croquis du plan du palais de Sanssouci par Frédéric le Grand. La façade du jardin, au sud, et le corps de logis de Sans-Souci. L’emplacement et la disposition de Sanssouci au-dessus d’un coteau de vignes reflètent l’idéal pré-romantique d’harmonie entre l’homme et la nature dans un paysage ordonné par la main du jardinier. Frédéric II n’aimait pas les jardins à l’anglaise, préférant les jardins à la française. La viticulture, très vite, passe au second plan et cède la place aux jardins d’agrément. Bénéficiant d’une vue panoramique sur les alentours, le roi désire résider ici  sans souci  et s’y livrer à ses passions artistiques ou personnelles. Le palais est réservé au roi et à ses proches pendant les mois d’été, de fin avril à début octobre.

Cette construction plus ambitieuse est en contraste total avec le projet intime de Sanssouci, il s’agit alors de montrer au monde la puissance et la force de la Prusse dans le plus pur style baroque. Cette conception globale, fait comparer cet ensemble palatin au Château de Versailles, avec Sanssouci dans le rôle du Grand Trianon. Plan du palais de Sanssouci à la fin du règne de Frédéric II. Le Nouveau Palais est sur la gauche, l’allée principale conduit vers le palais de Sanssouci qui domine les terrasses en forme d’arc. On sent l’influence des jardins anglo-chinois qui deviennent à la mode dans la conception du parc au centre du complexe palatin.

Sanssouci est petit, le corps de logis n’est qu’une enfilade de dix pièces sur un étage flanqué de deux ailes pour les communs. Knobelsdorff en est plus l’exécutant que l’architecte à part entière. Ce n’est pas une coïncidence si Frédéric choisit le style rococo pour l’architecture de Sanssouci. Ce style léger, presque éthéré, convient parfaitement au projet de palais d’été, de résidence campagnarde et de retraite que le souverain caresse. Oh le bon temps que ce siècle de fer Où le superflu, chose très nécessaire, Réunit l’un et l’autre hémisphère. On range souvent Sanssouci parmi les principaux rivaux du château de Versailles, bien que le palais ait été réalisé dans un style rococo plus intimiste et soit par ailleurs nettement plus petit que son homologue français. Le bâtiment occupe toute la longueur de la terrasse supérieure.

La monotonie de la façade est rompue par un pavillon central arrondi dont le dôme s’élève au-dessus des toits. Sur le linteau, des lettres de bronze doré épellent le nom du palais. La façade est ornée d’atlantes et de cariatides qui soutiennent le linteau, elles sont regroupées par paire entre les fenêtres. La façade nord contraste avec la légère exubérance de celle du sud : une colonnade semi-circulaire formée de deux rangées de colonnes d’ordre corinthien étend ses bras depuis le bâtiment principal pour accueillir le visiteur et définir les limites de la cour d’honneur. Là encore, une balustrade décorée de vasques décore le corps de logis principal. Du temps de Frédéric, ils étaient camouflés derrière des feuillages.

En 1840, 100 ans après l’accession au trône du Grand Frédéric, son petit-neveu Frédéric-Guillaume IV et sa femme déménagent dans l’aile destinée aux invités, conservant le mobilier existant et remplaçant les pièces manquantes par d’autres de l’époque de Frédéric. La façade sud de la Galerie de peintures du palais de Sanssouci. L’aile ouest des communs devient l‘ aile des dames  et héberge les dames de compagnies de la reine de Prusse. Les chambres sont décorées de boiseries raffinées et de tapisseries précieuses. L’aile est des communs, elle aussi agrandie d’un étage, accueille les cuisines alors qu’à l’étage résident les domestiques. Frédéric II jouant de la flûte dans le salon de musique. L’architecture baroque transfère l’étage noble du premier étage vers le rez-de-chaussée.

Si Frédéric se soucie peu de l’étiquette et de la mode, il aime en revanche à s’entourer d’objets d’art et de peintures. On pénètre dans le palais par le vestibule où l’ordre classique de la colonnade de la cour d’honneur à l’extérieur se poursuit à l’intérieur. Les murs sont soutenus par dix paires de colonnes corinthiennes en stuc blanc aux chapiteaux dorés. La table ronde par Adolph von Menzel. Dans la salle de marbre, on reconnaît Voltaire parmi les invités du roi.