Jugendbriefe von Robert Schumann PDF

Compositeur littéraire par excellence, Schumann et sa musique illustrent une composante du romantique passionné. Il est le mari de Clara Schumann, pianiste et également compositrice. August Jugendbriefe von Robert Schumann PDF se fit remarquer par la publication entre autres d’une série consacrée aux classiques anglais, français, italiens et espagnols en langue originale et en traduction. Son fils Robert effectue sa scolarité dans une école privée puis au lycée de Zwickau, où il apprend le latin, le grec et le français.


Författare: Clara Schumann.
Jugendbriefe von Robert Schumann ist ein unveränderter, hochwertiger Nachdruck der Originalausgabe aus dem Jahr 1886.
Hansebooks ist Herausgeber von Literatur zu unterschiedlichen Themengebieten wie Forschung und Wissenschaft, Reisen und Expeditionen, Kochen und Ernährung, Medizin und weiteren Genres. Der Schwerpunkt des Verlages liegt auf dem Erhalt historischer Literatur. Viele Werke historischer Schriftsteller und Wissenschaftler sind heute nur noch als Antiquitäten erhältlich. Hansebooks verlegt diese Bücher neu und trägt damit zum Erhalt selten gewordener Literatur und historischem Wissen auch für die Zukunft bei.

Il reçoit ses premiers cours de piano de l’organiste de la cathédrale, Johann Gottfried Kuntsch. Il participe à plusieurs concerts et commence à composer relativement tôt. Le psaume cent-cinquantième , composée en 1822. Leipzig, qui compte à l’époque 41 000 habitants, est la deuxième ville de Saxe après Dresde, la capitale. C’est dans ces salons qu’il rencontrera le facteur de pianos Friedrich Wieck. Wieck, ambitieux et âpre au gain, avait mis au point une nouvelle méthode d’apprentissage du piano. Robert, qui a 18 ans, décide de devenir l’élève de Wieck et prend des cours de piano, d’harmonie et de contrepoint.

Pâques 1829, il décide de s’installer à Heidelberg pour bénéficier de son climat culturel, et mettre de l’ordre dans ses études. Il en profite pour entreprendre, en août et septembre, un voyage en Suisse, mais aussi en Italie, destination obligée des intellectuels allemands de l’époque. Schumann emménage pour un temps chez son professeur. Bientôt, il se plaindra d’une paralysie de la main droite qui le contraindra à abandonner la carrière de virtuose, sans grands remords il est vrai. La  paralysie  de Schumann n’a pas encore été tirée au clair.

Le compositeur lui-même l’a attribuée à un appareil de son invention pour stimuler la dextérité. Par la suite, Schumann ne se servira pas de son index droit pour jouer au piano, et non du majeur ou de l’annulaire qui lui posaient des problèmes en 1830. Christel Mc Garten, à qui il donnera le surnom de  Charitas . La syphilis serait-elle la cause de son déclin ultérieur, aboutissant au stade de paralysie générale?

L’hypothèse a été maintes fois avancée, mais il faut la relativiser car, à l’époque, on ne faisait pas clairement la distinction entre les maladies vénériennes. Or, le chancre syphilitique est indolore. Il publie ses premières œuvres, pour piano : Variations sur le nom d’Abegg op. 2, Études d’après des caprices de Paganini op. Les tendances de Schumann à l’hypocondrie et à la dépression seront accentuées par la mort de sa belle-sœur Rosalie, puis de son frère Julius, et enfin par l’épidémie de choléra qui sévit en Allemagne au cours de l’année 1833. En 1834, Schumann se fiance avec Ernestine von Fricken, fille d’un riche baron de Bohême et élève de Friedrich Wieck. Ernestine elle-même est évoquée sous le nom d’Estrella, et Clara Wieck sous celui de Chiarina.

L’œuvre se termine par la marche des Davidsbündler contre les philistins. Une marche analogue conclut les Études symphoniques, op. Entre-temps Clara Wieck, la petite fille d’autrefois, est devenue une belle jeune femme reconnue et adulée. Les années qui suivent voient s’épanouir une romance. Le 13 septembre 1837, Schumann demande officiellement la main de Clara et essuie un refus brutal.

La correspondance continue, Wieck a recours au chantage affectif, à l’intrigue, à la calomnie. Tout cela ne fait qu’intensifier le roman d’amour. Puisque Wieck ne veut consentir à un mariage que si le couple vit en-dehors de la Saxe, Robert part pour Vienne en novembre 1838 où Clara est déjà une Kammervirtuosin. Il tente d’y établir sa revue musicale, mais capitule devant la censure de Metternich et de son chef de police Sedlnitzky. Il rentre à Leipzig en avril 1839. Robert portent plainte contre Wieck pour refus de consentement de mariage. Schumann parvient à convaincre le tribunal de la solidité de ses finances, présente des certificats de moralité et le titre de docteur que l’université d’Iéna lui a conféré le 24 février 1840.